Le CTP se dit “préoccupé” par la fermeture de 10 postes frontaliers entre l’Espagne et la France

Le CTP se dit “préoccupé” par la fermeture de 10 postes frontaliers entre l’Espagne et la France

C’est ce qu’indique la déclaration des présidents de quatre communautés autonomes espagnoles (Catalogne, Aragon, Navarre et Pays basque), de deux régions françaises (Occitanie et Nueva Aquitaine) et de l’État andorran, lue ce lundi lors du 39e Conseil plénier de la entité interrégionale, à Alp (Gérone).

Les territoires ont déploré les “dommages consécutifs à la citoyenneté transfrontalière” et ont assuré que le maintien de la fermeture pourrait violer l’esprit du traité de Schengen.

Certains des leaders présents en Plénière ont évoqué ce point lors de leurs interventions ; Ainsi, la ministre des Relations avec les citoyens du gouvernement de Navarre, Ana Ollo, a critiqué le fait que sur leur territoire, ils ont quatre étapes fermées et ne savent pas quand ils seront rouverts, ce qui implique la “suspension des activités transfrontalières de grande tradition et économique » dans les régions à risque de dépeuplement.

Dans le même ordre d’idées, le conseiller régional d’Occitanie Sébastien Denaja et celui de Nouvelle-Aquitaine Mathieu Bergé se sont exprimés, qui a critiqué le “cynisme” du gouvernement de l’Etat français avec les fermetures de frontières à la suite de menaces terroristes ou de campagnes électorales, en plus aux raisons de l’épidémie.

À son tour, la ministre des Affaires étrangères d’Andorre et présidente de l’Organe andorran pour la coopération transfrontalière, Maria Ubach, a défendu que son pays était un territoire « profondément européen » et a montré la volonté de son gouvernement de continuer à approfondir la collaboration avec territoires voisins.

No Comments

Post A Comment

Traduire »
Open chat
Bonjour 👋
De quoi pouvons-nous vous accuser?