Ihu, quoi de neuf avec ces variantes ?

Ce mardi, à travers le journal ABC, un groupe de scientifiques français étudie l’apparition d’une nouvelle variante du coronavirus, provisoirement baptisée IHU, par l’Institut hospitalo-universitaire de Marseille, qui l’avait baptisé de ses propres initiales.

D’après ce qui est répliqué dans le journal espagnol, cette nouvelle souche aurait jusqu’à 46 mutations et 37 délétions. Les résultats ont été prépubliés dans « medRxiv ». Dans ceux-ci, 12 patients atteints de coronavirus qui vivaient dans la même zone géographique de France sont analysés.

De même, il est expliqué que les tests effectués ont détecté des mutations qui ont montré une « combinaison atypique ». Les cas pourraient être liés à un voyage au Cameroun.

Les confinements ont un impact économique et psychologique


D'autre part, l'éminent économiste Rob Arnott a été très critique à l'égard des politiques de confinement qui ont pour origine de "se protéger" du coronavirus et a souligné que "les confinements coûtent également des vies". En ce sens, il a fait référence à une étude réalisée pour la Fondation Reason, qui met en évidence l'excès de décès dus à des suicides, homicides, accidents ou overdoses pendant le confinement.

Compte tenu de cela, le Journal de la Faculté de médecine humaine a expliqué à travers un rapport que, dans le cas de l'Équateur, lors de la fermeture en raison de l'état d'urgence en 2020, 97 suicides ont été enregistrés chez des adolescents âgés de 10 à 19 ans. Le nombre le plus élevé a été estimé chez les hommes âgés de 15 à 19 ans, l'âge le plus fréquent étant 19 ans.

Cependant, malgré ces chiffres, il a été précisé dans le document que le contexte pandémique n'a pas augmenté le taux de mortalité par suicide lui-même, mais plutôt "a augmenté le fardeau de la souffrance psychologique, ce qui peut amener les adolescents à penser au suicide".

L'Organisation mondiale de la santé a déjà annoncé que le coronavirus ne disparaîtra pas mais deviendra une maladie endémique comme la grippe. Pour cette raison, de plus en plus d'experts recommandent de réduire les confinements et de protéger les plus vulnérables.

Flurona, la nouvelle fusion qui inquiète la société

En ce qui concerne les nouvelles mutations, avec la nouvelle année, un nouveau virus est également arrivé. 2022 a commencé avec une nouvelle composition du coronavirus, qui a le monde en attente depuis fin 2019. Cette fois, il s’agit d’une combinaison de COVID-19 avec la grippe commune (influenza).

Maintenant qu’omicron a fusionné avec la grippe et a donné naissance à la variante du fluron, qui a également montré des symptômes bénins, d’abord des scientifiques israéliens, puis des dignitaires suggèrent l’immunité collective comme option. Par exemple, Nachman Ash, directeur général du ministère de la Santé en Israël, a déclaré qu’il est désormais possible d’obtenir une immunité collective en raison du niveau important d’infections.

Le plus haut responsable de la santé du pays s’attend à ce que les infections quotidiennes en Israël atteignent des niveaux record au cours des trois prochaines semaines. Le premier cas diagnostiqué concernait une jeune femme enceinte. Bien qu’elle ait été détectée le 30 décembre, ce n’est qu’au début de la nouvelle année que la nouvelle a été publiée.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé que le coronavirus ne sera pas éradiqué mais deviendra aussi courant que la grippe. Et le flurone a montré qu’ils peuvent même fusionner. Face à cela, deux positions prévalent : la nécessité de se faire vacciner au fur et à mesure de l’apparition de variantes ou de permettre la génération d’une immunité collective par exposition et résistance naturelles.